1 septembre 2017

L’acceptation de l’imperfection

C’est pas évident l’imperfection. Quand je dis imperfection, je ne parle pas des défauts dont se vante et qu’on fait parfois semblant d’apprécier. Je ne parle pas d’être un.e éternel.le maladroit.e, un.e perpétuel.le en retard, un.e inconditionnel.le de la paresse, ou un désastre en cuisine.

Parce qu’on est tou.te.s conscient.e.s que l’on n’est pas parfait.e.s. On nous le répète assez, depuis l’enfance je pense, que personne n’est parfait, que la perfection c’est ennuyeux, que ce sont nos imperfections, qui donnent notre relief. Cette partie-là, crois qu’on l’a tou.te.s intégrée depuis un moment. Enfin moi, je l’avais intégrée.

 

 grace phipps GIFJ’en étais donc là

 

Je voyais ça comme un tout, un ensemble. Comme une majeure partie de moi parfaite, avec mes à cotés imparfaits, pour venir équilibrer le tout. Je pensais qu’être imparfait, cela nous définit, ça trace nos contours, nos compétences, et nos incompétences. Oser dire qu’on ne maitrise pas quelque chose, cela revient souvent à dire qu’on en maitrise une autre. A nous définir par effet inverse, en miroir de nos qualités, et de nos perfections.

Sauf qu’en réalité, même dans les domaines qu’on aime, dans lesquels on est compétents, qui nous sont chers et qui nous définissent, on n’est pas parfait. C’est ça, la grande Imperfection, et elle, elle est pas toujours évidente à gérer, ni à assumer.

Accepter l’imperfection, c’est renoncer à atteindre nos idéaux, et nous forcer à en inventer d’autres. C’est forger un idéal en dehors des limites du bien et du mal, un entre-deux réaliste, ni tout blanc ni tout noir. Et admettre ça, c’est se forcer à se donner des nuances, dans nos envies, nos rêves nos objectifs, notre style de vie, même, parfois. C’est choisir, entre se résigner à rester dans notre incompétence, ou se démener pour atteindre une perfection qui n’existera jamais. Parce qu’il y aura toujours meilleur.e. que nous.

 

Moi quand j’en suis arrivée a ce constat… mais aller on va trouver une  autre solution

 

 

J’ose espérer qu’il y a une autre voie, un peu moins définitive et peut être un peu plus compliqué, dans laquelle on fera la paix avec nos imperfections, on les admettrait aux autres, pas pour s’excuser mais pour s’expliquer parfois, même si ça fait peur tant de vulnérabilité. Et puis en arrêtant de les ignorer et de tenter de les gommer, on pourrait les admettre sois même, toutes nos stupides et ridicules imperfections, dans tous ces domaines dans lesquels on ne voudrait pas en avoir, dans lesquels on ignorait en avoir. Et en les admettant, en ayant l’humilité de leur donner la place qu’elles ont réellement, peut-être qu’on pourrait alors commencer à les combattre correctement ?

En sachant qu’on ne les effacera jamais complètement, on pourrait garder l’objectif serein de les réduire, constamment, méticuleusement, pour éviter de les faire prospérer et de faire de nous des vieux cons ou des vieilles connes, trop sur.e.s d’eux et d’elles et sans ouverture d’esprit ? D’éviter de devenir trop vite persuadé.e.s que le reste du monde à tort puisqu’on a forcément raison, à être resté.e trop longtemps obstiné.e dans une quête vaine de perfection ? Peut-être qu’en fait, la voie pour s’approcher au plus près de la perfection, c’est l’humilité d’accepter qu’on ne l’atteindra jamais ? -la perfection de nous-même j’entends, la meilleure version de nous-même, pas la perfection absolue, on est d’accord, on a tou.te.s intégré que non, vraiment ça n’est pas possible-

Bien sûr, cela reste une hypothèse, mais a l’heure qu’il est, elle est la meilleure que j’ai.

 

Exactement!

 

Alors voilà, je suis un peu paumée dans mes rêves et mes envies dernièrement. Et je crois que je vais continuer ce travail là. En redécouvrant et admettant toutes mes imperfections, même celles pas drôles, pas mignonnes, qui ne me mettent pas en valeur et qui me sortent des cases. Celles qui ne me définissent pas aux yeux des gens. Celles qui ont juste le mérite d’exister et de faire partie de moi. Et on verra après ça, le chemin que j’arriverai à suivre, avec ou malgré elles…

4

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website design by Marine Poyard // Wordpress Theme 'Nicole' by IPKabuto